UNE GRÈVE QUI COÛTE CHER AUX ENTREPRISES

La concertation avec les organisations syndicales se poursuit.

Mais aujourd’hui la grève nous coûte très cher : 20 millions d’euros par jour de grève, dont 10 millions d’euros de péages, des travaux reportés, alors même que nous devons continuer à investir sur le réseau ferré pour poursuivre et accélérer sa modernisation.

Une grève dont les retombées économiques touchent également de nombreuses autres entreprises françaises et leurs salariés qui s’inquiètent légitimement pour leur avenir.

Pour accompagner les entreprises de fret et les aider à traverser cette crise, SNCF Réseau a mis en place un guichet unique confié au directeur général adjoint de SNCF Réseau en charge des activités commerciales. Ce guichet unique est une réponse opérationnelle aux difficultés rencontrées par les industriels et les transporteurs en raison de la poursuite de la grève. Il s’agit d’adapter le plan de transport en temps réel pour utiliser au maximum les capacités disponibles, et notamment de modifier jusqu’à 200 sillons par jour pour faciliter l’acheminement des marchandises.

Ce dispositif permet ainsi d’augmenter le taux de circulation des trains de fret les jours de grèves (jusqu’à 3 fois le taux habituel) et les spécialistes des horaires permettent aux transporteurs de fret d’augmenter leurs capacités de circulation les autres jours.

J’ai bon espoir que nous parvenions à convaincre de la nécessité de réformer et d’adapter notre système ferroviaire pour continuer à être performants et à rendre le meilleur service public aux usagers de notre réseau.

 

Réécouter mon Interview sur Europe 1