UNE RÉFORME POUR INVESTIR À LONG TERME

Comme j’ai eu l’occasion de le rappeler sur France Inter, je me réjouis des avancées de la réforme. Nous allons renforcer notre capacité à investir dans la modernisation de notre réseau afin de répondre aux besoins de nos clients et des usagers mais aussi à notre ambition de construire un réseau haute performance.

A celles et ceux qui manifestent toujours de l’inquiétude, je tiens à rassurer.

 

1. Nous resterons un monopole public.

SNCF Réseau garde le monopole sur la gestion de l’infrastructure et l’Etat restera l’unique actionnaire du groupe. Des garanties indispensables, qui confortent notre capacité d’investissement à long terme.

 

2. Le nouveau cadre financier et le passage en Société anonyme nous donnent des marges de manœuvre supplémentaires pour investir là où cela est nécessaire.

L’engagement de l’Etat de 35 milliards de désendettement, c’est une économie de 1 milliard de frais financiers qui contribueront au rétablissement financier de SNCF Réseau. Par ailleurs, la nouvelle règle d’or, plafond de dette maximum, nous protégera à l’avenir : nous ne pourrons plus nous endetter pour financer le développement du réseau et un investissement que nous ne jugerions pas pertinent ne pourra nous être imposé que s’il est subventionné à 100%.

 

3. Ces marges de manœuvre se concrétisent immédiatement, avec un socle d’investissement de rénovation et de modernisation du réseau de 3 milliards d’euros minimum, avec 200 millions d’euros par an supplémentaires à partir de 2022 – soit 1 milliard d’euros en 5 ans, et enfin avec un cadre clarifié puisque tous les gains de productivité au-delà de nos engagements pourront être réinvestis.

 

Enfin, SNCF Réseau porte un projet ambitieux de modernisation interne, Nouvel’R, qui va nous permettre la mise en œuvre immédiate de ces transformations pour plus de responsabilité, plus de performance et une garantie d’autonomie dans le cadre de l’ouverture à la concurrence.

 

 

Réécouter mon Interview sur France Inter