Une rentrée sur les rails

En cette période de rentrée, les équipes de SNCF Réseau sont plus que jamais mobilisées après un été très dense en matière de travaux. Ainsi, sur le réseau francilien, une centaine de chantiers a pu être réalisée représentant un investissement de 440 millions d’euros grâce à la mobilisation de 700 agents : le renouvellement d’une caténaire du RER B entre le Bourget et Aulnay-sous-Bois ; le prolongement du RER E à l’ouest avec le ripage du pont-rail de Poissy dans le cadre du programme de travaux EOLE qui se poursuivra dans les prochains mois. Au-delà du réseau francilien, de nombreux autres chantiers d’un montant total de plus de 500 millions d’euros ont été menés avec succès dans toute la France, comme par exemple le renouvellement de 75 000 traverses de béton, 45km de rail et 83 000 tonnes de ballast à Blois-Chambord, l’élargissement et la sécurisation de la tranchée rocheuse autour du Pont-Canal de la société du canal de Provence, ou encore le renouvellement du viaduc de Marly.

 

S’agissant des priorités à venir, il est important de rappeler les bienfaits de la réforme ferroviaire qui constitue notre feuille de route pour ces prochains mois. La transformation de l’entreprise en société nationale à capitaux publics incessibles détenus à 100% par l’Etat sécurise notre avenir. La reprise de 35 milliards d’une dette qui n’était pas celle des cheminots va nous permettre d’investir davantage, sans oublier l’obtention d’une capacité d’investissement supplémentaire – 200 millions d’euros par an à compter de 2022 – en plus des 10 millions d’euros investis chaque jour. Le rattachement de Gares & Connexions à SNCF Réseau via une filiale est une très bonne nouvelle pour gagner en cohérence et en efficacité. Enfin l’élaboration et la mise en œuvre d’un nouveau cadre social sera de nature à renforcer la compétitivité et l’attractivité de notre entreprise.

 

Autant d’acquis qui vont nous permettre de relever les défis de la nécessaire modernisation du réseau et de l’ouverture à la concurrence :

– l’augmentation du trafic sur un réseau aujourd’hui très polarisé (80% des circulations s’effectuent sur 27% des lignes), avec une meilleure organisation des dessertes et des plans d’occupation des voies pour augmenter la fréquence et améliorer la régularité du trafic ;

– l’amélioration de la qualité de service et le développement d’un ensemble de services à forte valeur ajoutée : catalogue de sillons industrialisé et fiabilisé, accès complet aux facilités essentielles pour les nouveaux entrants, offres de conseils aux autorités organisatrices pour l’élaboration des plans de transport, offres de service au niveau européen ;

– l’accélération de la rénovation et de la modernisation du réseau, qui passera notamment par des investissements de robustesse dans les sous-systèmes d’alimentation électrique, de signalisation et de télécommunications mais aussi par une meilleure utilisation de la data comme actif industriel ;

– la mise en place d’une stratégie de gestion de nos actifs, la simplification de nos circuits de décision et l’amélioration de l’information délivrée à l’ensemble de nos parties prenantes.

 

Des objectifs incarnés dans notre projet Nouvel’R que je présenterai à partir de la semaine prochaine aux équipes de SNCF Réseau lors de rencontres dans chacune des régions.

 

Vous le savez, pour répondre aux nouveaux besoins de mobilité, SNCF Réseau doit poursuivre sa mutation et passer d’un rôle de gestionnaire d’infrastructures à celui beaucoup plus ambitieux d’architecte du réseau ferré national en charge de la construction d’un réseau haute performance, grâce au levier industriel et digital.

 

Bonne rentrée à tous !