DES TRAINS DE PLUS EN PLUS AUTONOMES SUR UN RÉSEAU HAUTE PERFORMANCE

Le train autonome, c’est avant tout une ambition : transporter plus de voyageurs et de marchandises avec une haute qualité de services sur un réseau sécurisé.

Une ambition collective, portée par le groupe SNCF et ses partenaires, l’Institut de Recherche Technologique Railenium, Alstom, Altran, Andalso, Apsys, Bombardier, Bosch, Spirops et Thalès, qui ont annoncé aujourd’hui la création de deux consortiums visant à développer d’ici 5 ans deux prototypes de trains autonomes. Des expertises rassemblées autour de ce projet pour aller plus loin dans des domaines clés du futur train autonome, comme la détection d’obstacles, la géolocalisation, la lecture de signalisation, la surveillance de l’environnement ou encore la gestion des aléas dans les trains ou sur le réseau.

Car le train autonome, c’est une prouesse technologique qui positionne la France à l’avant-garde de l’innovation. Il s’agit de concevoir un train communiquant, nourri en permanence par des données issues du réseau et lui-même en capacité d’informer sur l’état de l’infrastructure, de la signalisation, de la maintenance, ou encore d’optimiser la régulation du trafic. Les premiers trains de fret semi-autonomes devraient circuler en 2020 et des trains entièrement automatisés d’ici 2023.

Une véritable révolution digitale du réseau que nous avons entamée avec succès en produisant et utilisant une représentation digitale de l’infrastructure dans nos grands projets de modernisation de la signalisation, qui sera généralisée avec la mise en place d’un véritable jumeau numérique dans lequel tous les objets physiques et logiques composant l’infrastructure seront décrits.
D’ici un an, nous déploierons le premier block digital pour disposer en temps réel de l’état de la signalisation et à partir de 2020, le nouveau système d’information circulation, GOC 2.0, permettra la digitalisation de la régulation du trafic.

Le train autonome, c’est un projet du groupe SNCF, qui se traduira par des bénéfices concrets pour les voyageurs et les clients du fret – une plus grande capacité du réseau, plus de fluidité, de régularité et de réactivité et une ambition écologique forte – tout en rendant le ferroviaire plus compétitif par rapport aux autres modes de transport, nous permettant de devenir un champion du digital industriel.